5 L’ACTIVITÉ RÉFLEXE

Objectifs

  • définir un mouvement réflexe et distinguer les différents types de réflexes ;
  • décrire sommairement l’organisation générale du système nerveux ;
  • expliquer la notion de système nerveux neurovégétatif ;
  • identifier et donner le rôle des éléments qui interviennent dans un mouvement réflexe ;
  • définir la notion d’influx nerveux et schématiser son trajet dans la réalisation d’un réflexe médullaire simple ;
  • relever qu’il existe d’autres centres nerveux et relever l’importance des réflexes dans la vie d’un individu.

1. DÉFINITION ET DIFFÉRENTS TYPES DE RÉFLEXES.

1.1. DÉFINITION

  • Un homme endormi retire vivement son pied si on lui gratte la plante du pied : c’est le réflexe plantaire ;
  • Un coup sec donné sous la rotule provoque l’extension de la jambe : c’est le réflexe rotulien ;
  • Les paupières se ferment rapidement si un objet s’approche brusquement des yeux : c’est le réflexe de fermeture des paupières ;
  • Le diamètre de la paupière varie lorsque l’intensité de la lumière varie.
  • Nous salivons à l’odeur d’un bon repas ;

Toutes ces réactions sont purement involontaires,stéréotypés (c’est-à-dire qu’elles se réalisent toujours suivant le même plan à chaque stimulation), et prévisibles. Elles sont déclenchées par une stimulation externe (olfactive, visuelle, mécanique, …). Un réflexe est donc une activité motrice involontaire, stéréotypée et prévisible en réponse à un stimulation.

1.2- DIFFÉRENTS TYPES DE RÉFLEXES.

Certains réflexes sont communs à tous les individus. Ils existent dès la naissance ou apparaissent quelques semaines après la naissance, et ne nécessitent donc aucun apprentissage : ce sont des réflexes innés.

Exemple

Le réflexe de marche du nouveau-né de 3 ou 4 jours, le réflexe inné de salivation (saliver lorsqu’on dépose la nourriture sur la langue), le réflexe de fermeture des paupières, …

 D’autres réflexes sont individuels (varient d’un individu à l’autre), apparaissent au cours de la vie à la suite d’un apprentissage ou d’une éducation : ce sont des réflexes acquis ou conditionnels ou conditionnés. Ils peuvent disparaître si le sujet n’est plus entraîné.

Exemple

le réflexe acquis de salivation (saliver à l’odeur d’un aliment), conduire d’une voiture, lire, dactylographier, écrire, …

 2- ORGANISATION SOMMAIRE DU SYSTÈME NERVEUX.

2.1- ORGANISATION MACROSCOPIQUE.

Le système de commande des mouvements est le système nerveux. Celui de l’homme, comme celui de tous les autres vertébrés, comprend :

  • des centres nerveux : encéphale et moelle épinière logés respectivement dans la boîtecrânienne et dans le canal rachidien de la colonne vertébrale. Encéphale et moelle épinière forme l’axe cérébro-spinal ou système nerveux central. Le cerveau, formé de deuxhémisphères cérébraux constitue la plus grande partie de l’encéphale ;
  • des nerfs dont 12 paires de nerfs crâniens rattachés à l’encéphale et 31 paires de nerfsrachidiens rattachés à la moelle épinière. L’ensemble des nerfs forme le système nerveux périphérique.

REMARQUE

  • Les centres nerveux sont entourés par trois enveloppes ou méninges. Ce sont de l’extérieur vers l’intérieur : la dure-mère, l’arachnoïde et la pie-mère.
  • L’arachnoïde est un tissu en forme de toile d’araignée dont les cavités sont remplies de liquide : le liquide céphalorachidien. Son rôle est d’alléger le cerveau.
  • Chaque nerf rachidien se rattache à la moelle épinière par deux racines chacun : une racineventrale ou antérieure et une racine dorsale ou postérieure.

2.2- ORGANISATION MICROSCOPIQUE.

a- Une coupe frontale de l’encéphale montre qu’il est formé de deux substances de couleursdifférentes :

– une substance grise externe, formant le cortex cérébral ou écorce grise ;

– une substance blanche interne.

b- Une coupe transversale de la moelle épinière montre que la substance blanche est externe et la substance grise interne.

Une analyse microscopique montre que la substance grise est formée des corps cellulaires ou péricaryons et la substance blanche est formée des fibres nerveuses. Un corps cellulaire et une fibre nerveuse sont en continuité et forment ensemble une cellule spécialisée : c’est la cellule nerveuse ou neurone.

Screen Shot 2016-07-14 at 14.59.51

c- Une coupe transversale d’un nerf montre des fibres nerveuses groupées en faisceaux.

Screen Shot 2016-07-14 at 15.26.08

Remarque

Les neurones établissent entre eux des liaisons et forment des « chaînes de neurones ». La synapse est la jonction entre 2 neurones.

3.3-NOTION DE SYSTÈME NERVEUX NEUROVÉGÉTATIF OU AUTONOME.

Le système nerveux autonome contrôle et régule les fonctions respiratoires, circulatoires, digestives et urogénitales. Il comprend deux sous-systèmes :

– le système nerveux orthosympathique (ou sympathique),

– le système nerveux parasympathique.

Ces deux systèmes ont des effets opposés sur leurs organes cibles : ainsi, le système sympathique stimule l’organisme (augmentation de la fréquence des battements du cœur, élévation de la pression artérielle, etc.), tandis que le système parasympathique est impliqué dans sa mise aurepos (il joue un rôle capital, par exemple, dans le sommeil). Le tableau suivant résume les effets de ces deux sous-systèmes sur certains organes de la vie végétative (≠ vie psychique).

Organe innervé

Orthosympathique

Parasympathique

Iris

Dilate la pupille

Rétrécit la pupille

Cœur

Accélère les battements

Ralentit les battements

Vaisseaux sanguins

Vasoconstriction

Vasodilatation

Bronchioles

Dilate

Contracte

Intestins

Ralentit les contractions

Accélère les contractions

Glandes salivaires

Ralentit la sécrétion

Accélère la sécrétion

Vessie

Contracte les sphincters

Relâche les sphincters

4- ÉTUDE DES RÉFLEXES MÉDULLAIRES.

On appelle réflexes médullaires les mouvements involontaires qui ont pour centre nerveux la moelle épinière. Les expériences effectuées sur des grenouilles décérébrées (ou grenouilles spinales) permettent de comprendre le mécanisme des mouvements réflexes.

4.1- EXPÉRIENCES.

4.1.1- Expérience N° 1 : la peau et son rôle.

La grenouille étant suspendue à un support, on stimule la peau de la patte postérieure gauche avec une pince, un courant faible ou quelques gouttes d’acide acétique dilué. On observe une flexion de la patte stimulée. Cette flexion de la patte est un acte réflexe. Si on anesthésie la patte postérieure gauche à l’aide de l’éther, aucune réaction ne se produit après stimulation. L’anesthésie rend insensible les terminaisons nerveuses sensorielles de la peau. Une substance anesthésiante est donc une substance qui peut suspendre momentanément le fonctionnement d’un organe. Les récepteurs sensoriels mis en jeu dans la réalisation d’un acte réflexe sont dans la peau. Elle joue donc le rôle d’un organe récepteur.

4.1.2- Expérience N° 2 : le nerf sciatique et son rôle.

On coupe le nerf sciatique qui est le nerf de la patte. On stimule ensuite par pincement cette patte et aucune réaction n’est observée. On donc penser que l’excitation de la peau n’a pas été conduite jusqu’à l’organe actif. Le nerf sciatique est le conducteur de l’influx nerveux indispensable dans la réalisation d’un acte réflexe.

4.1.3- Expérience N° 3 : la moelle épinière et son rôle.

On détruit la moelle épinière. On stimule ensuite par pincement les pattes et on n’observe aucune réponse. Malgré l’excitation de la peau et la conduction du message nerveux par le nerf sciatique, le résultat observé s’explique par l’absence du centre nerveux réflexe qui est la moelle épinière. Le centre nerveux de traitement du réflexe est donc la moelle épinière.

4.1.4- Expérience N° 4 : le muscle gastrocnémien et son rôle.

Sur une autre grenouille encore spinale, on sectionne le muscle gastrocnémien de la patte gauche. La patte ainsi traitée ne réagit plus aux excitations Le muscle gastrocnémien est donc l’organe effecteur indispensable à la réalisation de l’acte réflexe.

CONCLUSION

En résumé, les organes suivants sont donc indispensables à la réalisation d’un mouvement réflexe :

  • un organe récepteur (peau par exemple) ;
  • deux types de conducteurs nerveux ou nerfs : un conducteur sensitif (ou conducteur afférent ou centripète) qui conduit le message nerveux de l’organe récepteur jusqu’au centre nerveux ; un conducteur moteur (ou conducteur efférent ou centrifuge) qui conduit le message du centre nerveux jusqu’à l’organe effecteur ;
  • un centre nerveux (moelle épinière par exemple) ;
  • un organe effecteur (muscle ou glande).
Screen Shot 2016-07-14 at 15.45.04

 

Remarque

Le nerf sciatique est capable de conduire l’influx nerveux dans les deux sens : c’est un nerf mixte.

4.2- NOTION D’INFLUX NERVEUX.

On appelle influx nerveux la perturbation électrique qui prend naissance au point excité et qui se propage dans les nerfs jusqu’à l’organe effecteur. On distingue deux types d’influx nerveux :

  • l’influx nerveux sensitif qui part du récepteur sensoriel vers le centre nerveux en transitant par les nerfs sensitifs ou fibres nerveuses sensitives ;
  • l’influx nerveux moteur qui part du centre nerveux vers l’organe effecteur et qui transite par les nerfs moteurs ou fibres nerveux motrices.

4.3- TRAJET DE L’INFLUX NERVEUX.

On appelle arc réflexe le trajet suivi par l’influx nerveux au cours d’un mouvement réflexe.

image

5- AUTRES CENTRES NERVEUX RÉFLEXES.

  • LE BULBE RACHIDIEN : il sert de centre nerveux aux mouvements réflexes comme la fermeture des paupières, la sécrétion des larmes ou de la salive.
  • LE CERVELET : il sert de centre nerveux aux réflexes de coordination des mouvements.

Les réflexes ayant pour centre nerveux le cervelet ou le bulbe rachidien sont qualifiés de réflexes encéphaliques (≠ réflexes médullaires).

6- IMPORTANCE DES RÉFLEXES DANS LA VIE D’UN INDIVIDU.

Les mouvements réflexes sont très utiles à l’organisme. La plupart des réflexes innés servent à écarter le danger venant de l’extérieur ou à réguler les fonctions vitales : les mouvements respiratoires, l’activité cardiaque, les réflexes d’équilibration, la régulation. Les réflexes acquis permettent à l’individu de s’adapter à son milieu de vie et libèrent le cerveau de certaines tâches. Ils permettent aussi de faire des apprentissages (lecture, conduite, écriture) et des dressages (animaux des cirques).

License

SVT 3ème Tome2 Copyright © by Collectif d'enseignants camerounais. All Rights Reserved.

Feedback/Errata

Comments are closed.